Les marchés ont de l’appétit pour les matières premières. Focus sur le CACAO.

Ce début d’année est bien monotone sur les places financières mondiales. Les marchés actions consolident dans l’attente de … de quoi au juste ?
De l’investiture de Donald Trump ?
Peut-être mais  Trump au pouvoir ne devrait pas changer grand-chose pour l’instant et même si le flou reste artistique sur ses premières mesures économiques, les marchés ne semblent pas s’inquiéter, bien au contraire de l’arrivée de l’équipe Trump à la Maison Blanche.

Du coup, si l’on écarte les mouvements sur le marché des changes avec la hausse du Yen et la baisse de la Livre, la volatilité reste très faible et les opportunités assez rares. J’ajouterai quand même que Theresa May a réussi un discours périlleux ce mardi qui permet même à la devise anglaise de rebondir nettement, ralentissant son déclin depuis le Brexit.

Si donc les choses sont calmes à court-terme sur les indices, je me penche aujourd’hui sur les matières premières et plus particulièrement les matières premières agricoles avec le cacao.

Une situation fondamentale mitigée.

Les contrats futurs sur les matières premières ont souffert d’un dollar fort mais aussi, dans le cas du cacao principalement, d’un excès d’offre pour une demande stable voir légèrement baissière.
De plus, les perspectives de production en Côte d’Ivoire restent hautes et la demande européenne reste faible.

Les gros acheteurs et transformateurs du secteur comme Barry Callebaut ou Cargill ont profité des prix bas pour stocker mais semblent désormais dans l’expectative. Ces derniers ont d’ailleurs  annoncé une baisse des volumes travaillés lors du dernier trimestre.

Vous l’aurez compris tous les feux sont au rouge … donc, ils ne peuvent que passer vert.

Du côté des bonnes nouvelles, c’est mince, mais la demande américaine semble se redresser avec une hausse de 2% des ventes de chocolat. Il suffirait ainsi d’une alerte sur les conditions météorologiques ou une déception sur les rendements pour provoquer un réajustement.

Comparé aux autres matières premières, telles que le café ou le coton, le cacao n’a pas amorcé de rebond et reste sous-évalué.

Un positionnement massif et un débouclage imminent !

Voici mon rapport sur le Commitment Of Traders mis à jour hier. On voit nettement une accumulation acheteuse (protection contre la baisse) dans des volumes en forte hausse.

cocoa_17012017_cot

Cette dynamique sous-entend la fin proche d’un cycle.

Aussi, nous pourrions conclure que les mauvaises nouvelles se cumulent entre perspectives hautes de production et basses de la demande avec un positionnement quasi unilatérale et massif.

Cela me conduit à identifier que le potentiel  le plus important se situe à la hausse sur le cacao. Toutefois comme vous en avez maintenant l’habitude, il faudra attendre le signal d’impulsion.

Technique : le signal est désormais proche

Il nous faut maintenant trouver le bon timing pour entrer en position car une tendance aussi forte que la baisse du cacao ne va pas se retourner aussi facilement.

En prenant un graphique 4 heures, on constate plusieurs choses intéressantes :

  • Une oblique baissière (qui forme le haut du canal) en overlap
  • La MM100 qui passe dans la même zone
  • ADX et ADXR en bas de zone d’impulsion
  • MM20 et MM50 qui croisent
  • Une divergence haussière sur le RSI avec dépassement de la zone 50

J’ai là un cocktail d’indications pour un retournement puissant. D’ailleurs le cacao s’est approché de ma zone d’intervention (2250/2270) dès cet après-midi avec le repli du billet vert.

cocoa_17012017

Une hausse vers 2550 puis 2700 est envisageable à moyen-terme.
Etant donné l’ampleur de l’accumulation, le mouvement de débouclage pourra être violent. (Souvenez-vous du cuivre).

Vous reprendrez un peu de chocolat ?